CONGRES SPARKIEN: Le forum du Cas Jack Spark

Pour tous les fans de Jack Spark et pour tous ceux qui n'ont pas peur d'affronter la plus grande énigme scientifique de tous les temps...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
MoonChild
Vice-président du Promethean Trust
Vice-président du Promethean Trust
avatar

Messages : 852
Flux : 5118
Réputation : 47
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 21
Localisation : Londres

MessageSujet: Re: Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .   Mar 7 Sep - 16:59

Marianne se réveillas en sursaut après un horrible cauchemard et alluma la lumière en tatonnant le mur à sa droite. Son coeur battait la chamade et elle scrutas sa chambre à la recherche d'un quelconque monstre qui l'avais hantée dans ses rêves , mais rien . A part des posters de Jonathan Brandis qui lui souriais d'un air charmeur, aucune intrusion n'était à signaler. Elle se détendit et reposa la tête sur l'oreiller...
Au bout d'un moment passé à révassé , elle regardas l'heure . Six heures du matin . Encore une heure avant que le réveil ne sonne, annonçant une nouvelle et... longue journée monotone. Elle finis par se levé mollement de son lit pour se dirigé vers la cuisine en quète d'un petit déjeuné pour son estomac qui commençais à s'affamé . Mais la pauvre Marianne, qui avait oublier d'allumer la lumière du couloir, trébucha dans les escaliers, et fit un vol plané magistral.
"Ca y est, se dit-elle, je vais mourir..."
Elle atteris face la première sur le tapi de l'entrée et pris un moment pour reprendre ses esprits avant de se mettre en position assise . '' Miracle ! ... Oh mon dieu je suis aveugle ! '' elle ne distinguais même plus les contours des meubles dans la pénombre . Elle paniqua un moment avant de se rendre compte que c'était en fait ses cheveux noirs de jais qui lui cachais la vue , retombant devant son visage . Elle rit en repoussant son épaisse chevelure derrière ses oreilles et se releva, pour finalement s'écrouler sous l'énorme masse blanche comme lune de son chien qui venait lui faire la fête.
'' Tait-toi , Falcor ! Tu va réveillé les parents ! '' chuchotas-t-elle à son chien , qui instentanément se calmas et la fixa , assis , la tête sur le côté , langue pendante . Marianne gratouilla son compagnon de toujours sur le haut du crâne, et je chien se mit à gémir de plaisir sous la caresse de sa jeune maîtresse. Deux minutes plus tard, ils roulait sur le dos pour l'inviter à lui gratter le ventre.
A ce moment là , son ventre gargouillas et elle réalisa à quel point elle avais faim . Elle se dirigeas vers la cuisine , suivis de Falcor . Arrivé la-bas , elle donnas un biscuit à son chien puis préparas son petit déjeuné . Elle versa du lait dans son bol de corn-flakes, et réfléchit à sa journée en préparation. Déjà, elle allait mal commencer: la prof d'histoire leur avait collé, à elle et sa classe, un contrôle sur la décolonisation dès la première heure, la barbe ! Et elle n'avais même pas révisé !
Elle grimaca en pensant à sa future note . Puis quelque chose attiras son regard dehors , elle se levas de table et ouvrit la fenêtre pour jetté un oeil à son jardin , plongé dans l'obscurité ou elle avais cru apperçevoir un garçon qui l'éppiait . Ou peut-être l'un des monstres de son cauchemar, qui sait? Elle devait en avoir le coeur net. Elle enfila ses chaussures et, habillée seulement de sa chemise de nuit, elle sortit dans l'air froid, sous le ciel gris qui précède l'aube.
D'abord , elle ne vit rien , puis en regardant bien , dans les tuyas, elle apperçus une lumière , faible , qui grandissait et devenais plus éblouissante alors qu'elle marchais inconsciement vers celle-ci . Au milieu de la lumière se tenait un garçon, le corps illuminé de milliers de lanternes minuscules, colorées. Marianne plissa des yeux, ses pupilles n'y tenant plus.
"Euh... Salut! fit-elle au bout d'un moment. T'es qui, et tu fais quoi, là?"
Il restas silencieux et lui tendis la main . Après un temps de réfléxion , elle la saisie , et un flash envahit sa vision .
Elle se trouvais au milieu d'un terrain de football , en plein milieu de l'après-midi , et en plein milieu d'une partie , aussi ! Un panneau affichais
'' Ladybugs - VS - Visitor ''
Une fille au visage asiatique avançais vers elle avec son balon en criant en anglais :

'' Go away ! Go away ! Hurry up ! "

Bizarrement , les joueurs sur le terrain n'étaient que des filles , et avaient des coiffures dépassé , comme celles des élèves sur les photo de classe de ses parents .

"Euuh... J'fous quoi, là?"

Marianne n'eut pas le temps de réagir que déjà, le ballon lui atterissait entre les jambes et que toutes les autres joueuses se ruaient vers elle en hurlant. Elle devait jouer, sinon elle risquait de se faire écraser. Elle commença à dribler avec le ballon pour marquer dans le but adverse.

"Thaaa!! C'est quoi ce remake foireux d'Olive & Tom au féminin?? Et de toute façon... je suis dans quelle équipe?"

Une fille avec les cheveux au carré et une frange à la Lady Gaga arrivas vers elle , la poussa et marquas un but , annonçant la fin du match et la victoire de son équipe . Sa tenue de foot était rouge avec des points noirs . Marianne en déduisit qu'elle faisait partie des '' Ladybugs '' ( coccinelle en anglais >w< << Je sais, je suis bilingue --" ) . La fille qui avait marqué le dernier but n'avait rien d'une fille , à part sa coiffure qui donnais l'impréssion d'être une perruque , et sa voix paraissait étrangement grave pour une adolescente .
Marianne réalisa qu'elle était resté planté en plein milieu du terrain , encore en chemise de nuit . Instinctivement, elle croisa ses bras sur sa poitrine - son vêtement était un peu transparent - et couru se mettre à l'abri, les joues en feu. Là, le garçon illuminé la regardait avec un sourire moqueur, et de nouveau lui tendit la main. Marianne hésita un peu, puis s'en empara. Nouveau Flash.
Elle était désormais au milieu d'un décor de conte de fées.
Mais pas nimporte lequel , un grand labyrinthe . Elle se retournas , mais le garçon avait disparus . Une autre chose avait changé , sa tenue . Elle portais maintenant une grande robe de princesse couleur gris perle.

"Youhou, la belle Mariaaaaaanne!!" entendit-elle soudain de derrière un mur de buis.

Un jeune homme fonçait sur elle, monté sur un grand destrier couleur d'albâtre, qui renaclait. Le cheval s'arrêta net à deux centimètres de son pied, et le chevalier bondit au bas de l'animal en tendant un bouquet de roses rouges à Marianne.

"Pour vous, mon amouuuûr de toujouuuuûrs!"
" Z'êtes qui , vous ?! '' lui répondit-elle .

Le prince avait des cheveux blond et bouclé , et des yeux très bleu . Elle remarquas aussi qu'il avais le même visage que la fille sur le terrain de football , le visage de Jonathan Brandis . Elle pris peur et s'en allas en courrant .

"Noooon, ne me quitte paaaaaaaaâs!!" fit-il en la suivant.
"Au secours!! Y'a un imbécile qui me cours après!!" hurla Marianne.

Soudain, le mur de buis l'entoura sur les trois côtés devant elle. Un cul de sac! Elle était prise au piège! Quand soudain , le sol se dérobas sous ses pieds et elle tombas , tombas , tombas , avant d'attérir dans une forêt , en pleine nuit , ou les arbres de toutes les couleurs brillait de manière fluorescente . Le chevalier avait disparu, mais il avait été remplacé par une foule de personnes illuminées, chatoyantes, comme le garçon qu'elle avait vu dans son jardin. Elle se recroquevilla quand elle remarqué qu'elle avait retrouvé sa chemise de nuit rose pâle avec un ours en peluche disant "Love me!" sur le devant.
Elle entendis quelqu'un rire derrière elle , et se retournas . Le garçon bizarre était perché sur une branche d'un des arbres lumineux et se moquais d'elle .
Le tronc des arbres était parfaitement lisse, aussi Marianne se demanda-t-elle comment il était monté là-haut. Elle le scruta un instant, avant de remarquer deux taches sombres dans son dos, en complète opposition avec sa peau chatoyante: deux grandes ailes noires couvertes de plumes perçaient ses épaules, accompagnées d'une longue queue de lion tout aussi sombre.
Il avais cessé de rire et s'envolas de sa branche pour atterir gracieusement devant Marianne .
" Qui est-tu , fit-elle , et pourquoi tu fait sa ?! ''
Il inclina la tête sur le côté et eu un petit sourire qui découvrit quatre crocs acérés:
- Tu ne peux pas savoir combien l'éternité est monotone. Je fais ça pour m'amuser.
La jeune fille recula. Mince, le premier être magique qu'elle rencontrait était un psychopathe ou quoi? Il suivis le mouvement , Marianne ne pouvais plus reculé , un arbre lui barrais le passage . Le garçon l'empêchas de partir en metant ses bras de chaque côté de la jeune fille . Elle était coincée . Le chatoiement de la peau du garçon pris fin, et il fixa sur Marianne son regard turquoise... aux pupilles verticales. La jeune fille en chemise de nuit frissonna. Jamais elle n'avait eu aussi peur de sa vie. Son coeur cognait contre sa poitrine, et elle ferma les yeux.
"Quand je me réveillerai, tout cela n'aura été qu'un affreux cauchemar", pensa-t-elle.
Et ce qui se produisit ensuite fut le contraire de ce à quoi s'attendais Marianne , le garçon déposa simplement un baisé sur sa joue avant de lui murmuré à l'oreille :
'' Au fait , je m'appelle Kalandriel . '' ( mfffff le nom de m.. >< désolé j'ai pas trouvé mieux éè << naa, j'adore! C'est original et j'aurais pas fait mieux! =DD << Thanks x3 )
La jeune fille cligna des yeux, surprise, et répondit bêtement:
- Euuh, moi c'est Marianne...
- Je sais.
Kalandriel déploya ses plumes une seconde, puis les replia contre son dos.
- Je t'ai choisi pour me servir de guide dans ton monde.
- P..Pourquoi faire ?
- J'ai un devoir à faire sur la race humaine , donc il faut que j'aille 1 mois dans un '' collège '' et que je prenne des notes.
Les yeux de Marianne s'écarquillèrent, et elle éclata de rire. C'était si incongru comme demande!
- Mais... pourquoi m'avoir fait subir tout cela avant? demanda-t-elle.
- Pour savoir si tu serais prête à nous accueillir, moi et ce que je suis.
- Oui , eh bien pour l'instant je crois bien que je suis traumatisée , merci !
Le garçon ailé cligna des yeux, voilant le temps d'une fraction de seconde l'éclat presque fluorescent de ses yeux.
- Pardon. Excuse moi.

Kalandriel tendit la main à Marianne. Cette dernière hésita, se demanda où va t-elle encore échouée....Chassant ses doutes elle prit la main du garçon ailé. Flash. Elle se retrouva dans sa chambre, les posters de Jonathan Brandis lui souriaient d'un air séducteur. Son réveil affichait six heures du matin. Marianne fut soulagée d'être de nouveau dans un univers familier. Elle entendit des grattements à la porte de sa chambre. Elle s'immobilisa sur son lit. "Non je ne vais pas céder à la panique au moindre bruit suspect !" Elle se dirigea donc vers la porte. Lentement elle tourna la poignet de la porte. La porte s'en trouva peu à peu. Soudain une boule de poil jaillit sur elle, la faisant trébucher. C'était Falcor. "Hey salut toi! tu m'a fait une de ses peurs!". Elle gratta tendrement le haut du crâne de son fidéle compagnon et s'en alla pour préparer son petit déjeuner. Arrivée à la cuisine, elle fut paralysée: devant elle se tenait Kalandriel.....
Mais cette fois , ll avais pris une forme humaine .

" Tu n'as pas le droit de prendre l'apparence de quelqu'un de décédé ! '' fit Marianne d'un air horrifié en constatant qu'il avait exactement es mêmes traits que Jonathan Brandis .
'' Désolé , j'ai vu son visage sur les murs de la pièce ou tu dors . "
La jeune fille eut une moue agacée, juste avant de se faire renverser par Falcor, qui entra en aboyant dans la cuisine pour se frotter aux jambes de Kalandriel.
"Tais-toi Falcor! ordonna Marianne. Tu risques de réveiller les parents!" Soudain , elle immaginas la tête de ses parents si ils découvraient une copie conforme de Jonathan Brandis au milieu de la cuisine .
" Tu peux pas changé ta couleur de cheveux au moins ? Je sait pas , roux...Brun si tu veux ! Et si on te demande , tu dit que tu est mon ..Mon correspondant américain ! "
Elle se relevas et fixa Kalandriel , mais tournas vite de l'oeil , c'était tout de même intimidant , d'avoir la copie conforme de son acteur préféré devant soit !

"Bonjour ma petite puce !" Marianne était tant absorbée par la nouvelle apparence de Kalandriel qu'elle avait oublié toute notion de temps et lieu. Elle avait déjà pensait à une ébauche de plan. Cependant la rencontre entre sa mère et Kalandriel arrivait bientôt. "S'lut m'man ! T'as l'air d'avoir bien dormi ou ptre t'es encore en plein rêeeveuh!
- Qu'est-ce qui ce passe mademoiselle Marianne Paindavoine ? Qui est ce jeune homme ?
- C'est mon correspondant américain tout fraichement arrivé! Il se nomme....tu sais il parle français: tu peux le questionner à ta guise!"
La mère de Marianne tournas ses yeux gris vers l'intérréssé qui fit un grand sourire forcé .
" Sa alors , tu ressemble beaucoup à Jonathan Brandis !'' fit-elle .
'' Oh oui , mais mais maaaais . C'est impossible , maman , hein ? Par-ce qu'il est m...mort , tu sait haha ! " s'exclama Marianne précipitément avant que Kalandriel ne puisse répondre .
" Toi , tu me caches quelque chose jeune fille , mais je ne crois pas que j'ai envie de le savoir , alors je ne vais pas te demandé ce qu'il se passe ...
-T'sais m'man si çà peut te rassurer c'est le cousin de Jonathan Brandis, n'est ce pas David ?!" Kalandriel hocha la tête et sourit à la mère de Marianne qui les regardaient tout deux d'un air soupçonneux.

Le petit déjeuner se prit dans un silence de mort, jusqu'à' à la mère de Marianne annonça l'heure du départ pour les cours. Kalandriel - David et Marianne prirent tout deux le chemin de l'établissement scolaire. Kalandriel regardait tout autour de lui avec un vif intérêt. "mon apprentissage de ta race a déjà commencé" dit Kalandriel à Marianne. "Cette être qui te ressemblait, qui est-elle?"
Marianne le regardas avec incrédulité .
'' Tu n'as pas de mère ? ''
'' De quoi ?! ''
'' Eh bien cette ''être qui me ressemblait '' c'est celle qui m'as donné la vie!
- La vie....
- Oui la vie! tu nais, tu vis, tu meurs.
- Tu meurs?
- Oui tu meurs, la mort est la dernière étape dans la vie selon certaines croyances.....
- .....
-Quel âge as tu?
- J'ai 400 ans.
- Mais...T'as bien du naitre un jour !
- Oui , comme ceux de ma race , dans une fleur d'un arbre ... "
Marianne le regardas avec étonnement .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.weasleys-fireworks.tumblr.com
Beencha
Fé(e) polarisé(e)
Fé(e) polarisé(e)
avatar

Messages : 149
Flux : 3017
Réputation : 13
Date d'inscription : 09/06/2010
Localisation : Guadeloupe

MessageSujet: Re: Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .   Mar 7 Sep - 17:27

Marianne se réveillas en sursaut après un horrible cauchemard et alluma la lumière en tatonnant le mur à sa droite. Son coeur battait la chamade et elle scrutas sa chambre à la recherche d'un quelconque monstre qui l'avais hantée dans ses rêves , mais rien . A part des posters de Jonathan Brandis qui lui souriais d'un air charmeur, aucune intrusion n'était à signaler. Elle se détendit et reposa la tête sur l'oreiller...
Au bout d'un moment passé à révassé , elle regardas l'heure . Six heures du matin . Encore une heure avant que le réveil ne sonne, annonçant une nouvelle et... longue journée monotone. Elle finis par se levé mollement de son lit pour se dirigé vers la cuisine en quète d'un petit déjeuné pour son estomac qui commençais à s'affamé . Mais la pauvre Marianne, qui avait oublier d'allumer la lumière du couloir, trébucha dans les escaliers, et fit un vol plané magistral.
"Ca y est, se dit-elle, je vais mourir..."
Elle atteris face la première sur le tapi de l'entrée et pris un moment pour reprendre ses esprits avant de se mettre en position assise . '' Miracle ! ... Oh mon dieu je suis aveugle ! '' elle ne distinguais même plus les contours des meubles dans la pénombre . Elle paniqua un moment avant de se rendre compte que c'était en fait ses cheveux noirs de jais qui lui cachais la vue , retombant devant son visage . Elle rit en repoussant son épaisse chevelure derrière ses oreilles et se releva, pour finalement s'écrouler sous l'énorme masse blanche comme lune de son chien qui venait lui faire la fête.
'' Tait-toi , Falcor ! Tu va réveillé les parents ! '' chuchotas-t-elle à son chien , qui instentanément se calmas et la fixa , assis , la tête sur le côté , langue pendante . Marianne gratouilla son compagnon de toujours sur le haut du crâne, et je chien se mit à gémir de plaisir sous la caresse de sa jeune maîtresse. Deux minutes plus tard, ils roulait sur le dos pour l'inviter à lui gratter le ventre.
A ce moment là , son ventre gargouillas et elle réalisa à quel point elle avais faim . Elle se dirigeas vers la cuisine , suivis de Falcor . Arrivé la-bas , elle donnas un biscuit à son chien puis préparas son petit déjeuné . Elle versa du lait dans son bol de corn-flakes, et réfléchit à sa journée en préparation. Déjà, elle allait mal commencer: la prof d'histoire leur avait collé, à elle et sa classe, un contrôle sur la décolonisation dès la première heure, la barbe ! Et elle n'avais même pas révisé !
Elle grimaca en pensant à sa future note . Puis quelque chose attiras son regard dehors , elle se levas de table et ouvrit la fenêtre pour jetté un oeil à son jardin , plongé dans l'obscurité ou elle avais cru apperçevoir un garçon qui l'éppiait . Ou peut-être l'un des monstres de son cauchemar, qui sait? Elle devait en avoir le coeur net. Elle enfila ses chaussures et, habillée seulement de sa chemise de nuit, elle sortit dans l'air froid, sous le ciel gris qui précède l'aube.
D'abord , elle ne vit rien , puis en regardant bien , dans les tuyas, elle apperçus une lumière , faible , qui grandissait et devenais plus éblouissante alors qu'elle marchais inconsciement vers celle-ci . Au milieu de la lumière se tenait un garçon, le corps illuminé de milliers de lanternes minuscules, colorées. Marianne plissa des yeux, ses pupilles n'y tenant plus.
"Euh... Salut! fit-elle au bout d'un moment. T'es qui, et tu fais quoi, là?"
Il restas silencieux et lui tendis la main . Après un temps de réfléxion , elle la saisie , et un flash envahit sa vision .
Elle se trouvais au milieu d'un terrain de football , en plein milieu de l'après-midi , et en plein milieu d'une partie , aussi ! Un panneau affichais
'' Ladybugs - VS - Visitor ''
Une fille au visage asiatique avançais vers elle avec son balon en criant en anglais :

'' Go away ! Go away ! Hurry up ! "

Bizarrement , les joueurs sur le terrain n'étaient que des filles , et avaient des coiffures dépassé , comme celles des élèves sur les photo de classe de ses parents .

"Euuh... J'fous quoi, là?"

Marianne n'eut pas le temps de réagir que déjà, le ballon lui atterissait entre les jambes et que toutes les autres joueuses se ruaient vers elle en hurlant. Elle devait jouer, sinon elle risquait de se faire écraser. Elle commença à dribler avec le ballon pour marquer dans le but adverse.

"Thaaa!! C'est quoi ce remake foireux d'Olive & Tom au féminin?? Et de toute façon... je suis dans quelle équipe?"

Une fille avec les cheveux au carré et une frange à la Lady Gaga arrivas vers elle , la poussa et marquas un but , annonçant la fin du match et la victoire de son équipe . Sa tenue de foot était rouge avec des points noirs . Marianne en déduisit qu'elle faisait partie des '' Ladybugs '' ( coccinelle en anglais >w< << Je sais, je suis bilingue --" ) . La fille qui avait marqué le dernier but n'avait rien d'une fille , à part sa coiffure qui donnais l'impréssion d'être une perruque , et sa voix paraissait étrangement grave pour une adolescente .
Marianne réalisa qu'elle était resté planté en plein milieu du terrain , encore en chemise de nuit . Instinctivement, elle croisa ses bras sur sa poitrine - son vêtement était un peu transparent - et couru se mettre à l'abri, les joues en feu. Là, le garçon illuminé la regardait avec un sourire moqueur, et de nouveau lui tendit la main. Marianne hésita un peu, puis s'en empara. Nouveau Flash.
Elle était désormais au milieu d'un décor de conte de fées.
Mais pas nimporte lequel , un grand labyrinthe . Elle se retournas , mais le garçon avait disparus . Une autre chose avait changé , sa tenue . Elle portais maintenant une grande robe de princesse couleur gris perle.

"Youhou, la belle Mariaaaaaanne!!" entendit-elle soudain de derrière un mur de buis.

Un jeune homme fonçait sur elle, monté sur un grand destrier couleur d'albâtre, qui renaclait. Le cheval s'arrêta net à deux centimètres de son pied, et le chevalier bondit au bas de l'animal en tendant un bouquet de roses rouges à Marianne.

"Pour vous, mon amouuuûr de toujouuuuûrs!"
" Z'êtes qui , vous ?! '' lui répondit-elle .

Le prince avait des cheveux blond et bouclé , et des yeux très bleu . Elle remarquas aussi qu'il avais le même visage que la fille sur le terrain de football , le visage de Jonathan Brandis . Elle pris peur et s'en allas en courrant .

"Noooon, ne me quitte paaaaaaaaâs!!" fit-il en la suivant.
"Au secours!! Y'a un imbécile qui me cours après!!" hurla Marianne.

Soudain, le mur de buis l'entoura sur les trois côtés devant elle. Un cul de sac! Elle était prise au piège! Quand soudain , le sol se dérobas sous ses pieds et elle tombas , tombas , tombas , avant d'attérir dans une forêt , en pleine nuit , ou les arbres de toutes les couleurs brillait de manière fluorescente . Le chevalier avait disparu, mais il avait été remplacé par une foule de personnes illuminées, chatoyantes, comme le garçon qu'elle avait vu dans son jardin. Elle se recroquevilla quand elle remarqué qu'elle avait retrouvé sa chemise de nuit rose pâle avec un ours en peluche disant "Love me!" sur le devant.
Elle entendis quelqu'un rire derrière elle , et se retournas . Le garçon bizarre était perché sur une branche d'un des arbres lumineux et se moquais d'elle .
Le tronc des arbres était parfaitement lisse, aussi Marianne se demanda-t-elle comment il était monté là-haut. Elle le scruta un instant, avant de remarquer deux taches sombres dans son dos, en complète opposition avec sa peau chatoyante: deux grandes ailes noires couvertes de plumes perçaient ses épaules, accompagnées d'une longue queue de lion tout aussi sombre.
Il avais cessé de rire et s'envolas de sa branche pour atterir gracieusement devant Marianne .
" Qui est-tu , fit-elle , et pourquoi tu fait sa ?! ''
Il inclina la tête sur le côté et eu un petit sourire qui découvrit quatre crocs acérés:
- Tu ne peux pas savoir combien l'éternité est monotone. Je fais ça pour m'amuser.
La jeune fille recula. Mince, le premier être magique qu'elle rencontrait était un psychopathe ou quoi? Il suivis le mouvement , Marianne ne pouvais plus reculé , un arbre lui barrais le passage . Le garçon l'empêchas de partir en metant ses bras de chaque côté de la jeune fille . Elle était coincée . Le chatoiement de la peau du garçon pris fin, et il fixa sur Marianne son regard turquoise... aux pupilles verticales. La jeune fille en chemise de nuit frissonna. Jamais elle n'avait eu aussi peur de sa vie. Son coeur cognait contre sa poitrine, et elle ferma les yeux.
"Quand je me réveillerai, tout cela n'aura été qu'un affreux cauchemar", pensa-t-elle.
Et ce qui se produisit ensuite fut le contraire de ce à quoi s'attendais Marianne , le garçon déposa simplement un baisé sur sa joue avant de lui murmuré à l'oreille :
'' Au fait , je m'appelle Kalandriel . '' ( mfffff le nom de m.. >< désolé j'ai pas trouvé mieux éè << naa, j'adore! C'est original et j'aurais pas fait mieux! =DD << Thanks x3 )
La jeune fille cligna des yeux, surprise, et répondit bêtement:
- Euuh, moi c'est Marianne...
- Je sais.
Kalandriel déploya ses plumes une seconde, puis les replia contre son dos.
- Je t'ai choisi pour me servir de guide dans ton monde.
- P..Pourquoi faire ?
- J'ai un devoir à faire sur la race humaine , donc il faut que j'aille 1 mois dans un '' collège '' et que je prenne des notes.
Les yeux de Marianne s'écarquillèrent, et elle éclata de rire. C'était si incongru comme demande!
- Mais... pourquoi m'avoir fait subir tout cela avant? demanda-t-elle.
- Pour savoir si tu serais prête à nous accueillir, moi et ce que je suis.
- Oui , eh bien pour l'instant je crois bien que je suis traumatisée , merci !
Le garçon ailé cligna des yeux, voilant le temps d'une fraction de seconde l'éclat presque fluorescent de ses yeux.
- Pardon. Excuse moi.

Kalandriel tendit la main à Marianne. Cette dernière hésita, se demanda où va t-elle encore échouée....Chassant ses doutes elle prit la main du garçon ailé. Flash. Elle se retrouva dans sa chambre, les posters de Jonathan Brandis lui souriaient d'un air séducteur. Son réveil affichait six heures du matin. Marianne fut soulagée d'être de nouveau dans un univers familier. Elle entendit des grattements à la porte de sa chambre. Elle s'immobilisa sur son lit. "Non je ne vais pas céder à la panique au moindre bruit suspect !" Elle se dirigea donc vers la porte. Lentement elle tourna la poignet de la porte. La porte s'en trouva peu à peu. Soudain une boule de poil jaillit sur elle, la faisant trébucher. C'était Falcor. "Hey salut toi! tu m'a fait une de ses peurs!". Elle gratta tendrement le haut du crâne de son fidéle compagnon et s'en alla pour préparer son petit déjeuner. Arrivée à la cuisine, elle fut paralysée: devant elle se tenait Kalandriel.....
Mais cette fois , ll avais pris une forme humaine .

" Tu n'as pas le droit de prendre l'apparence de quelqu'un de décédé ! '' fit Marianne d'un air horrifié en constatant qu'il avait exactement es mêmes traits que Jonathan Brandis .
'' Désolé , j'ai vu son visage sur les murs de la pièce ou tu dors . "
La jeune fille eut une moue agacée, juste avant de se faire renverser par Falcor, qui entra en aboyant dans la cuisine pour se frotter aux jambes de Kalandriel.
"Tais-toi Falcor! ordonna Marianne. Tu risques de réveiller les parents!" Soudain , elle immaginas la tête de ses parents si ils découvraient une copie conforme de Jonathan Brandis au milieu de la cuisine .
" Tu peux pas changé ta couleur de cheveux au moins ? Je sait pas , roux...Brun si tu veux ! Et si on te demande , tu dit que tu est mon ..Mon correspondant américain ! "
Elle se relevas et fixa Kalandriel , mais tournas vite de l'oeil , c'était tout de même intimidant , d'avoir la copie conforme de son acteur préféré devant soit !

"Bonjour ma petite puce !" Marianne était tant absorbée par la nouvelle apparence de Kalandriel qu'elle avait oublié toute notion de temps et lieu. Elle avait déjà pensait à une ébauche de plan. Cependant la rencontre entre sa mère et Kalandriel arrivait bientôt. "S'lut m'man ! T'as l'air d'avoir bien dormi ou ptre t'es encore en plein rêeeveuh!
- Qu'est-ce qui ce passe mademoiselle Marianne Paindavoine ? Qui est ce jeune homme ?
- C'est mon correspondant américain tout fraichement arrivé! Il se nomme....tu sais il parle français: tu peux le questionner à ta guise!"
La mère de Marianne tournas ses yeux gris vers l'intérréssé qui fit un grand sourire forcé .
" Sa alors , tu ressemble beaucoup à Jonathan Brandis !'' fit-elle .
'' Oh oui , mais mais maaaais . C'est impossible , maman , hein ? Par-ce qu'il est m...mort , tu sait haha ! " s'exclama Marianne précipitément avant que Kalandriel ne puisse répondre .
" Toi , tu me caches quelque chose jeune fille , mais je ne crois pas que j'ai envie de le savoir , alors je ne vais pas te demandé ce qu'il se passe ...
-T'sais m'man si çà peut te rassurer c'est le cousin de Jonathan Brandis, n'est ce pas David ?!" Kalandriel hocha la tête et sourit à la mère de Marianne qui les regardaient tout deux d'un air soupçonneux.

Le petit déjeuner se prit dans un silence de mort, jusqu'à' à la mère de Marianne annonça l'heure du départ pour les cours. Kalandriel - David et Marianne prirent tout deux le chemin de l'établissement scolaire. Kalandriel regardait tout autour de lui avec un vif intérêt. "mon apprentissage de ta race a déjà commencé" dit Kalandriel à Marianne. "Cette être qui te ressemblait, qui est-elle?"
Marianne le regardas avec incrédulité .
'' Tu n'as pas de mère ? ''
'' De quoi ?! ''
'' Eh bien cette ''être qui me ressemblait '' c'est celle qui m'as donné la vie!
- La vie....
- Oui la vie! tu nais, tu vis, tu meurs.
- Tu meurs?
- Oui tu meurs, la mort est la dernière étape dans la vie selon certaines croyances.....
- .....
-Quel âge as tu?
- J'ai 400 ans.
- Mais...T'as bien du naitre un jour !
- Oui , comme ceux de ma race , dans une fleur d'un arbre ... "
Marianne le regarda avec étonnement. "Je te montrerai un jour cet arbre nommé Genesia....." Au loin parvint à leurs oreilles le tumulte de la ville, les pas des badauds, les rires des collégiens, et la célèbre sonnerie stridente annonçant les débuts de cours. Marianne s'élança avec Kalandriel à sa suite pour être plus ou moins à l'heure. Marianne pensa: Quelle journée cela va être! en espérant les profs vont gober l'histoire du correspondant américain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/SabrinaBeencha
MissTurtle
Vice-président du Promethean Trust
Vice-président du Promethean Trust
avatar

Messages : 528
Flux : 4146
Réputation : 73
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 22
Localisation : Loin de tout.

MessageSujet: Re: Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .   Mar 7 Sep - 19:26

Marianne se réveillas en sursaut après un horrible cauchemard et alluma la lumière en tatonnant le mur à sa droite. Son coeur battait la chamade et elle scrutas sa chambre à la recherche d'un quelconque monstre qui l'avais hantée dans ses rêves , mais rien . A part des posters de Jonathan Brandis qui lui souriais d'un air charmeur, aucune intrusion n'était à signaler. Elle se détendit et reposa la tête sur l'oreiller...
Au bout d'un moment passé à révassé , elle regardas l'heure . Six heures du matin . Encore une heure avant que le réveil ne sonne, annonçant une nouvelle et... longue journée monotone. Elle finis par se levé mollement de son lit pour se dirigé vers la cuisine en quète d'un petit déjeuné pour son estomac qui commençais à s'affamé . Mais la pauvre Marianne, qui avait oublier d'allumer la lumière du couloir, trébucha dans les escaliers, et fit un vol plané magistral.
"Ca y est, se dit-elle, je vais mourir..."
Elle atteris face la première sur le tapi de l'entrée et pris un moment pour reprendre ses esprits avant de se mettre en position assise . '' Miracle ! ... Oh mon dieu je suis aveugle ! '' elle ne distinguais même plus les contours des meubles dans la pénombre . Elle paniqua un moment avant de se rendre compte que c'était en fait ses cheveux noirs de jais qui lui cachais la vue , retombant devant son visage . Elle rit en repoussant son épaisse chevelure derrière ses oreilles et se releva, pour finalement s'écrouler sous l'énorme masse blanche comme lune de son chien qui venait lui faire la fête.
'' Tait-toi , Falcor ! Tu va réveillé les parents ! '' chuchotas-t-elle à son chien , qui instentanément se calmas et la fixa , assis , la tête sur le côté , langue pendante . Marianne gratouilla son compagnon de toujours sur le haut du crâne, et je chien se mit à gémir de plaisir sous la caresse de sa jeune maîtresse. Deux minutes plus tard, ils roulait sur le dos pour l'inviter à lui gratter le ventre.
A ce moment là , son ventre gargouillas et elle réalisa à quel point elle avais faim . Elle se dirigeas vers la cuisine , suivis de Falcor . Arrivé la-bas , elle donnas un biscuit à son chien puis préparas son petit déjeuné . Elle versa du lait dans son bol de corn-flakes, et réfléchit à sa journée en préparation. Déjà, elle allait mal commencer: la prof d'histoire leur avait collé, à elle et sa classe, un contrôle sur la décolonisation dès la première heure, la barbe ! Et elle n'avais même pas révisé !
Elle grimaca en pensant à sa future note . Puis quelque chose attiras son regard dehors , elle se levas de table et ouvrit la fenêtre pour jetté un oeil à son jardin , plongé dans l'obscurité ou elle avais cru apperçevoir un garçon qui l'éppiait . Ou peut-être l'un des monstres de son cauchemar, qui sait? Elle devait en avoir le coeur net. Elle enfila ses chaussures et, habillée seulement de sa chemise de nuit, elle sortit dans l'air froid, sous le ciel gris qui précède l'aube.
D'abord , elle ne vit rien , puis en regardant bien , dans les tuyas, elle apperçus une lumière , faible , qui grandissait et devenais plus éblouissante alors qu'elle marchais inconsciement vers celle-ci . Au milieu de la lumière se tenait un garçon, le corps illuminé de milliers de lanternes minuscules, colorées. Marianne plissa des yeux, ses pupilles n'y tenant plus.
"Euh... Salut! fit-elle au bout d'un moment. T'es qui, et tu fais quoi, là?"
Il restas silencieux et lui tendis la main . Après un temps de réfléxion , elle la saisie , et un flash envahit sa vision .
Elle se trouvais au milieu d'un terrain de football , en plein milieu de l'après-midi , et en plein milieu d'une partie , aussi ! Un panneau affichais
'' Ladybugs - VS - Visitor ''
Une fille au visage asiatique avançais vers elle avec son balon en criant en anglais :

'' Go away ! Go away ! Hurry up ! "

Bizarrement , les joueurs sur le terrain n'étaient que des filles , et avaient des coiffures dépassé , comme celles des élèves sur les photo de classe de ses parents .

"Euuh... J'fous quoi, là?"

Marianne n'eut pas le temps de réagir que déjà, le ballon lui atterissait entre les jambes et que toutes les autres joueuses se ruaient vers elle en hurlant. Elle devait jouer, sinon elle risquait de se faire écraser. Elle commença à dribler avec le ballon pour marquer dans le but adverse.

"Thaaa!! C'est quoi ce remake foireux d'Olive & Tom au féminin?? Et de toute façon... je suis dans quelle équipe?"

Une fille avec les cheveux au carré et une frange à la Lady Gaga arrivas vers elle , la poussa et marquas un but , annonçant la fin du match et la victoire de son équipe . Sa tenue de foot était rouge avec des points noirs . Marianne en déduisit qu'elle faisait partie des '' Ladybugs '' ( coccinelle en anglais >w< << Je sais, je suis bilingue --" ) . La fille qui avait marqué le dernier but n'avait rien d'une fille , à part sa coiffure qui donnais l'impréssion d'être une perruque , et sa voix paraissait étrangement grave pour une adolescente .
Marianne réalisa qu'elle était resté planté en plein milieu du terrain , encore en chemise de nuit . Instinctivement, elle croisa ses bras sur sa poitrine - son vêtement était un peu transparent - et couru se mettre à l'abri, les joues en feu. Là, le garçon illuminé la regardait avec un sourire moqueur, et de nouveau lui tendit la main. Marianne hésita un peu, puis s'en empara. Nouveau Flash.
Elle était désormais au milieu d'un décor de conte de fées.
Mais pas nimporte lequel , un grand labyrinthe . Elle se retournas , mais le garçon avait disparus . Une autre chose avait changé , sa tenue . Elle portais maintenant une grande robe de princesse couleur gris perle.

"Youhou, la belle Mariaaaaaanne!!" entendit-elle soudain de derrière un mur de buis.

Un jeune homme fonçait sur elle, monté sur un grand destrier couleur d'albâtre, qui renaclait. Le cheval s'arrêta net à deux centimètres de son pied, et le chevalier bondit au bas de l'animal en tendant un bouquet de roses rouges à Marianne.

"Pour vous, mon amouuuûr de toujouuuuûrs!"
" Z'êtes qui , vous ?! '' lui répondit-elle .

Le prince avait des cheveux blond et bouclé , et des yeux très bleu . Elle remarquas aussi qu'il avais le même visage que la fille sur le terrain de football , le visage de Jonathan Brandis . Elle pris peur et s'en allas en courrant .

"Noooon, ne me quitte paaaaaaaaâs!!" fit-il en la suivant.
"Au secours!! Y'a un imbécile qui me cours après!!" hurla Marianne.

Soudain, le mur de buis l'entoura sur les trois côtés devant elle. Un cul de sac! Elle était prise au piège! Quand soudain , le sol se dérobas sous ses pieds et elle tombas , tombas , tombas , avant d'attérir dans une forêt , en pleine nuit , ou les arbres de toutes les couleurs brillait de manière fluorescente . Le chevalier avait disparu, mais il avait été remplacé par une foule de personnes illuminées, chatoyantes, comme le garçon qu'elle avait vu dans son jardin. Elle se recroquevilla quand elle remarqué qu'elle avait retrouvé sa chemise de nuit rose pâle avec un ours en peluche disant "Love me!" sur le devant.
Elle entendis quelqu'un rire derrière elle , et se retournas . Le garçon bizarre était perché sur une branche d'un des arbres lumineux et se moquais d'elle .
Le tronc des arbres était parfaitement lisse, aussi Marianne se demanda-t-elle comment il était monté là-haut. Elle le scruta un instant, avant de remarquer deux taches sombres dans son dos, en complète opposition avec sa peau chatoyante: deux grandes ailes noires couvertes de plumes perçaient ses épaules, accompagnées d'une longue queue de lion tout aussi sombre.
Il avais cessé de rire et s'envolas de sa branche pour atterir gracieusement devant Marianne .
" Qui est-tu , fit-elle , et pourquoi tu fait sa ?! ''
Il inclina la tête sur le côté et eu un petit sourire qui découvrit quatre crocs acérés:
- Tu ne peux pas savoir combien l'éternité est monotone. Je fais ça pour m'amuser.
La jeune fille recula. Mince, le premier être magique qu'elle rencontrait était un psychopathe ou quoi? Il suivis le mouvement , Marianne ne pouvais plus reculé , un arbre lui barrais le passage . Le garçon l'empêchas de partir en metant ses bras de chaque côté de la jeune fille . Elle était coincée . Le chatoiement de la peau du garçon pris fin, et il fixa sur Marianne son regard turquoise... aux pupilles verticales. La jeune fille en chemise de nuit frissonna. Jamais elle n'avait eu aussi peur de sa vie. Son coeur cognait contre sa poitrine, et elle ferma les yeux.
"Quand je me réveillerai, tout cela n'aura été qu'un affreux cauchemar", pensa-t-elle.
Et ce qui se produisit ensuite fut le contraire de ce à quoi s'attendais Marianne , le garçon déposa simplement un baisé sur sa joue avant de lui murmuré à l'oreille :
'' Au fait , je m'appelle Kalandriel . '' ( mfffff le nom de m.. >< désolé j'ai pas trouvé mieux éè << naa, j'adore! C'est original et j'aurais pas fait mieux! =DD << Thanks x3 )
La jeune fille cligna des yeux, surprise, et répondit bêtement:
- Euuh, moi c'est Marianne...
- Je sais.
Kalandriel déploya ses plumes une seconde, puis les replia contre son dos.
- Je t'ai choisi pour me servir de guide dans ton monde.
- P..Pourquoi faire ?
- J'ai un devoir à faire sur la race humaine , donc il faut que j'aille 1 mois dans un '' collège '' et que je prenne des notes.
Les yeux de Marianne s'écarquillèrent, et elle éclata de rire. C'était si incongru comme demande!
- Mais... pourquoi m'avoir fait subir tout cela avant? demanda-t-elle.
- Pour savoir si tu serais prête à nous accueillir, moi et ce que je suis.
- Oui , eh bien pour l'instant je crois bien que je suis traumatisée , merci !
Le garçon ailé cligna des yeux, voilant le temps d'une fraction de seconde l'éclat presque fluorescent de ses yeux.
- Pardon. Excuse moi.

Kalandriel tendit la main à Marianne. Cette dernière hésita, se demanda où va t-elle encore échouée....Chassant ses doutes elle prit la main du garçon ailé. Flash. Elle se retrouva dans sa chambre, les posters de Jonathan Brandis lui souriaient d'un air séducteur. Son réveil affichait six heures du matin. Marianne fut soulagée d'être de nouveau dans un univers familier. Elle entendit des grattements à la porte de sa chambre. Elle s'immobilisa sur son lit. "Non je ne vais pas céder à la panique au moindre bruit suspect !" Elle se dirigea donc vers la porte. Lentement elle tourna la poignet de la porte. La porte s'en trouva peu à peu. Soudain une boule de poil jaillit sur elle, la faisant trébucher. C'était Falcor. "Hey salut toi! tu m'a fait une de ses peurs!". Elle gratta tendrement le haut du crâne de son fidéle compagnon et s'en alla pour préparer son petit déjeuner. Arrivée à la cuisine, elle fut paralysée: devant elle se tenait Kalandriel.....
Mais cette fois , ll avais pris une forme humaine .

" Tu n'as pas le droit de prendre l'apparence de quelqu'un de décédé ! '' fit Marianne d'un air horrifié en constatant qu'il avait exactement es mêmes traits que Jonathan Brandis .
'' Désolé , j'ai vu son visage sur les murs de la pièce ou tu dors . "
La jeune fille eut une moue agacée, juste avant de se faire renverser par Falcor, qui entra en aboyant dans la cuisine pour se frotter aux jambes de Kalandriel.
"Tais-toi Falcor! ordonna Marianne. Tu risques de réveiller les parents!" Soudain , elle immaginas la tête de ses parents si ils découvraient une copie conforme de Jonathan Brandis au milieu de la cuisine .
" Tu peux pas changé ta couleur de cheveux au moins ? Je sait pas , roux...Brun si tu veux ! Et si on te demande , tu dit que tu est mon ..Mon correspondant américain ! "
Elle se relevas et fixa Kalandriel , mais tournas vite de l'oeil , c'était tout de même intimidant , d'avoir la copie conforme de son acteur préféré devant soit !

"Bonjour ma petite puce !" Marianne était tant absorbée par la nouvelle apparence de Kalandriel qu'elle avait oublié toute notion de temps et lieu. Elle avait déjà pensait à une ébauche de plan. Cependant la rencontre entre sa mère et Kalandriel arrivait bientôt. "S'lut m'man ! T'as l'air d'avoir bien dormi ou ptre t'es encore en plein rêeeveuh!
- Qu'est-ce qui ce passe mademoiselle Marianne Paindavoine ? Qui est ce jeune homme ?
- C'est mon correspondant américain tout fraichement arrivé! Il se nomme....tu sais il parle français: tu peux le questionner à ta guise!"
La mère de Marianne tournas ses yeux gris vers l'intérréssé qui fit un grand sourire forcé .
" Sa alors , tu ressemble beaucoup à Jonathan Brandis !'' fit-elle .
'' Oh oui , mais mais maaaais . C'est impossible , maman , hein ? Par-ce qu'il est m...mort , tu sait haha ! " s'exclama Marianne précipitément avant que Kalandriel ne puisse répondre .
" Toi , tu me caches quelque chose jeune fille , mais je ne crois pas que j'ai envie de le savoir , alors je ne vais pas te demandé ce qu'il se passe ...
-T'sais m'man si çà peut te rassurer c'est le cousin de Jonathan Brandis, n'est ce pas David ?!" Kalandriel hocha la tête et sourit à la mère de Marianne qui les regardaient tout deux d'un air soupçonneux.

Le petit déjeuner se prit dans un silence de mort, jusqu'à' à la mère de Marianne annonça l'heure du départ pour les cours. Kalandriel - David et Marianne prirent tout deux le chemin de l'établissement scolaire. Kalandriel regardait tout autour de lui avec un vif intérêt. "mon apprentissage de ta race a déjà commencé" dit Kalandriel à Marianne. "Cette être qui te ressemblait, qui est-elle?"
Marianne le regardas avec incrédulité .
'' Tu n'as pas de mère ? ''
'' De quoi ?! ''
'' Eh bien cette ''être qui me ressemblait '' c'est celle qui m'as donné la vie!
- La vie....
- Oui la vie! tu nais, tu vis, tu meurs.
- Tu meurs?
- Oui tu meurs, la mort est la dernière étape dans la vie selon certaines croyances.....
- .....
-Quel âge as tu?
- J'ai 400 ans.
- Mais...T'as bien du naitre un jour !
- Oui , comme ceux de ma race , dans une fleur d'un arbre ... "
Marianne le regarda avec étonnement. "Je te montrerai un jour cet arbre nommé Genesia....." Au loin parvint à leurs oreilles le tumulte de la ville, les pas des badauds, les rires des collégiens, et la célèbre sonnerie stridente annonçant les débuts de cours. Marianne s'élança avec Kalandriel à sa suite pour être plus ou moins à l'heure. Marianne pensa: Quelle journée cela va être! en espérant les profs vont gober l'histoire du correspondant américain!
Elle entra en classe d'histoire, essayant de ne pas remarquer les regards des filles qui se tournaient vers elle et Kalandriel en soupirant comme des demeurées. La prof haussa un sourcil en voyant le jeune homme entrer dans la salle de classe:
- Eh bien, qui êtes vous mon garçon?
- Je m'appelle David, fit-il avec un accent anglais forcé qui fait rire Marianne, je suis le correspondant amé... ami... améri...
- C'est mon correspondant américain! termina la jeune fille, volant au secours de Kalandriel.



(Oubliez pas l'évaluation sur la décolonisation!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu de l'histoire qui n'as pas de fin .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art
» Histoire de Rivombrosa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONGRES SPARKIEN: Le forum du Cas Jack Spark :: AUTRES SUJETS :: Miscellanées-
Sauter vers: